La décision du conseil fédéral de limiter l’accès au deuxième pilier pour l’acquisition d’un bien immobilier pose, au delà de la dimension économique, une question de société. Par quel biais la classe moyenne peut-elle se constituer un capital ? Quelle autre possibilité a-t-elle à sa disposition pour gérer son avenir, la simple épargne sur un salaire ne permettant pas de se constituer une retraite décente.